Manger son placenta, bonne ou mauvaise idée ?

Manger son placenta, bonne ou mauvaise idée ?
adminadmin
Manger son placenta, bonne ou mauvaise idée ?

La placentophagie ou le fait de manger son placenta est un phénomène devenu courant depuis quelques années aux États-Unis.

Pourquoi manger son placenta ?

Riche en fer et en vitamines B12, le placenta est reconnu pour ses vertus thérapeutiques. La placentophagie permet ainsi à la mère d’éviter les coups de fatigue. Par ailleurs, l’organe fœto-maternel a une forte teneur en hormones, ce qui peut contribuer à la sécrétion en qualité et en quantité du lait maternel. Enfin, la grande quantité d’opioïdes contenus dans le tissu placentaire réduit le stress post-partum.

Les différences formes sous lesquelles le placenta est consommé

Certaines placentophages mangent le tissu tout cru tandis que d’autres préparent des recettes placentaires (lasagne au placenta, rôti de placenta…). Le tissu placentaire peut aussi être consommé sous forme de dragée, de pâté, de curry, de smoothie, etc.

Les inconvénients de la placentophagie

De par son rôle-même de filtrer les éléments polluants, les virus et les toxines lorsque le bébé est encore dans le ventre de la mère, le placenta contient des éléments toxiques et est sensible à la contamination de divers microbes dès qu’il est exposé à l’air libre.

La placentophagie et la loi française

L’arrêté du 28 octobre 1998 interdit toutes opérations de fabrication de médicaments homéopathiques à base de placenta. En revanche, la loi du 07 juillet 2011 classe le placenta parmi les produits biologiques dont l’exploitation est soumise à autorisation. Toutefois, en attendant les éléments scientifiques, il est préférable de s’abstenir de manger du placenta.

13-06-2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.